18 novembre 2017

 Menu principal

 Pilotes SV

 Bric-à-brac

 
 
« 1 2 (3) 4 5 6 ... 10 »
LECTURE : BD: le grand duc T3
Posté par SV_iceheart le 9/12/2010 20:23:31 (429 lectures)



Printemps 1945.
Pour la Luftwaffe, c'est l'hallali! Taillées en pièces sur tous les fronts, les ailes allemandes ne peuvent lutter contre un ennemi implacable, résolu et surtout innombrable. Tout ce qui vole encore se concentre désormais sur la ligne de défense du Reich, dont l'arrogant Empire se réduit chaque jour telle une peau de chagrin... Brisé par la mort de sa fille, Wulf enchaîne les missions avec une frénésie paroxystique et suicidaire. Pour Lilya, la "sorcière rouge", c'est l'heure du triomphe! Mais si, en combat aérien, seul le diable tire les ficelles... parfois, Cupidon s'en mêle!

Yann / Hugault




Commentaires ?
Sur le net : Concours Thrustmaster/Checksix GAGNEZ UN HOTAS WARTHOG !!!!!!
Posté par SV_iceheart le 2/11/2010 0:53:15 (489 lectures)

GAGNEZ
1 HOTAS TM Warthog et 2 kits de MFD Thrustmaster

Thrustmaster et Checksix, pour fêter la sortie du nouveau HOTAS WARTHOG , vous offrent un superbe Hotas Warthog ainsi que 2 kits de MFD.

1 ere place : 1 HOTAS Thrustmaster WARTHOG
2 éme et 3 éme place : 1 kit de MFD COUGAR Thrustmaster

Pour cela il vous suffit juste de réponde à quelques questions, de nous fournir vos informations personnelles et de valider le formulaire !

Les réponses à ce concours sont trouvables facilement sur Checksix, sur le site de Thrustmaster.
Durée du concours : du 30 Octobre 2010 au 10 Novembre 2010


participez!

Commentaires ?
LECTURE : L’escadrille des têtes brûlées
Posté par SV_iceheart le 25/10/2010 21:20:00 (287 lectures)

L’escadrille des Têtes brûlées T1
Par Veys, Arroyo et Jagerschmidt
Editions Zéphyr BD



Les éditions Zéphyr BD proposent une nouvelle adaptation en bande dessinée de l’épopée de l’American volunteer group (AVG). L’histoire de ces pilotes recrutés dans les rangs de l’armée américaine pour constituer une escadrille de mercenaires envoyés en Chine combattre les japonais, a de tout temps inspiré les auteurs de bande dessinée. Dans les années 60/70, cette épopée héroïque fut la source inépuisable de récits publiés dans les « comics book » à la française, ces petits formats qui paraissaient toutes les semaines. Plus tard, Nolane et Molinari, s’empareront du thème pour créer la série les Tigres volants (éditions Soleil productions. 5 albums parus).

Cette fois-ci, l’AVG de Claire Chennault sert en fait d’amorce à une série dédiée à l’escadrille des Têtes brûlées popularisées par la série TV. Ce premier album raconte le recrutement des pilotes, leur arrivée en Chine et leurs premiers combats avant que les USA n’entrent en guerre, fin 1941. Elle met en scène Greg Boyington, pilote de l’AVG qui deviendra le commandant des Têtes brûlées. Le scénariste Pierre Veys s’est appuyé sur les faits réels pour bâtir son histoire, mise en images par Jean-Michel Arroyo et Vincent Jagerschmidt. On retrouve avec plaisir les P-40 aux dents de requins dans des combats tournoyants fidèlement restitués.

*ARTICLE de Gil.Roy pour aérobuzz

Commentaires ?
LECTURE : LUFTGAFFE 44
Posté par SV_iceheart le 23/9/2010 14:54:35 (252 lectures)



Luftgaffe 44 est une série d'aviation humoristique se déroulant pendant la seconde guerre mondiale. Les deux héros (voir cidessous) sont des pilotes de chasse de la Lufwaffe opérant depuis une petite base allemande perdue dans les Vosges devenue sur un quiproquo l'emblème de la résistance du Reich face à l'envahisseur allié.
Les héros :
Le baron Friedrich Hieronymus von Münchhausen, alias, le Baron Epileptik. Digne descendant de la lignée des von Münchhausen, sorte de Don Quichotte moderne, c'est un aristocrate haut en couleur, emprunt de droiture et qui a érigé l'honneur en mode de vie. Il n'a peur de rien et son inconscience du danger, associée à un besoin pathologique de panache et un sens très pointilleux de l'honneur, le lance régulièrement dans des entreprises très téméraires.
Mais la chance proverbiale dont il jouit (un don familial) lui permet de s'en sortir toujours vivant. Adolf Junior H. von Rot, alias le Baron Rouge Junior (ou plus simplement Junior), est un gamin sympathique, attachant et gaffeur qui porte une lourde hérédité...
En effet, il est... le fils caché d'Hitler, que le chancelier a eu d'une torride liaison avec la baronne Ulrika von Rot (qui est elle, la petite fille du célèbre Baron Rouge). La baronne, cantatrice de renom, ne rêve que d'une chose : faire de son fils adoré le plus grand as de la Luftwaffe, en hommage à son ancêtre. Malheureusement, Junior n'est absolument pas doué pour le pilotage !
Ssociés à nos héros, on trouve toute une galerie de personnages plus truculents les uns que les autres, à commencer par Helmut AGrohl, le commandant de la base, plus porté sur la fiesta et les " Bédites Franzozen " que sur l'art de la guerre, Karl son adjoint dépressif shooté au Tranxen, Hertz, le radio déjanté, une bande de pilotes syndiqués qui tentent d'en faire le moins possible, le professeur Alzheimer, génial inventeur d'armes " zecrètes " mais qui a des trous de mémoire, sans compter des caricatures de personnages historiques de l'époque...


survolé a la fnac ; j'ai trouvé ca assez poilant

Commentaires ?
LECTURE : Erbo, pilote de chasse 1918-1942
Posté par SV_iceheart le 6/8/2010 17:15:11 (303 lectures)

« Le chef de section marchait en tête, seul, suivi à une distance respectueuse, de trois assistants et d’un étendard, et plus loin encore, des trois groupes, le tout réunissant une trentaine de garçons. Marcher seul devant sa troupe, la casquette vissée sur l’oreille droite, la main gauche passée dans le ceinturon, la main droite exerçait des mouvements secs et précis, les yeux fixant un but lointain, les lèvres serrées, la tête pleine d’ivresse et d’orgueil, c’était pour Erbo un nouveau jeu, un nouveau défi enivrant, en rien comparable aux jeux innocents de son enfance ! » Ces quelques lignes qui transpirent d’admiration pour Erbo von Kageneck sont extraites de l’ouvrage Erbo, pilote de chasse 1918-1942 d’August von Kageneck, son frère cadet. Mieux vaut le dire tout de suite : cette biographie rédigée dans un style sobre et agréable n’a rien d’une hagiographie.

La première page s’ouvre sur l’accident d’avion en plein désert de Libye, qui sera fatal à Erbo von Kageneck, titulaire de 67 victoires aériennes homologuées et chevalier de la Croix de Fer avec feuilles de chêne. Autant dire un pilote émérite qui n’aspire qu’à une seule chose : obtenir la 20e victoire qui lui octroiera la fameuse Ritterkreutz. En cette veillée de Noël, porteuse de tous les espoirs, et alors que l’Allemagne victorieuse chante Stille Nacht, heilige Nacht, la vie d’Erbo s’échappe à grands flots d’entre ses jambes. L’appareil et son pilote ont été frappés par des balles au même endroit, le ventre. Il ne reste à Erbo que trois semaines à vivre.

Tel l’agonisant se remémorant les plus grands moments de sa vie, l’auteur retrace les 24 années de son frère, de sa naissance difficile à sa fulgurante carrière de pilote de chasse. Dès son premier cri le 24 avril 1918, Erbo, Arbogast pour l’état-civil, mit à exécution la sentence que prononça sa gouvernante lorsque le médecin parvint à délivrer la parturiente d’un fardeau qui refusait de passer par les voies naturelles : « Il va vous donner du fil à retordre, Madame la Comtesse ».

Son père, de noble lignée, a accepté de bonne grâce la défaite et la nouvelle République. En bon nouveau démocrate, il choisit un parti décidé à prôner les valeurs traditionnelles du peuple allemand, où le christianisme défendrait la famille et le mariage, et où le droit et l’ordre l’emporteraient sur les extrêmes. Comme la majorité de ses concitoyens, il adhère aux idées d’un certain Adolf Hitler qui harangue la foule pour tordre le cou au Traité de Versailles, synonyme de chômage et de ruine économique. En bon père de famille, le comte von Kageneck prend un soin tout particulier à éduquer sa progéniture selon ses convictions d’homme noble attaché à la terre, chrétien et tolérant. Il confie ses quatre fils aux Jésuites réputés pour la rigueur de leur enseignement. Erbo s’avère très rapidement récalcitrant à toute discipline et aucune punition ne peut venir à bout de ce "chien fou". Par contre, il excelle dans de nombreuses activités sportives, l’équitation, le tir, la course, le tennis et la natation, au point que ses exploits forcent l’admiration de son père et sa fratrie.

Pendant ce temps, la République de Weimar vacille. Plusieurs fois appelés aux urnes, 80 millions d’habitants ne savent plus à quel saint se vouer. Tous sauf un : Adolf Hitler « investi par la Providence ». Le chiffre de ses sympathisants s’est multiplié de façon exponentielle depuis le début de la crise. Succombant au chant des sirènes et aux promesses alléchantes d’un nouveau Reich « qui durerait 1 000 ans », tous les désoeuvrés, les laissés-pour-compte et les indécis sont venus gonfler les rangs du national-socialisme. En janvier 1933, « après [son] combat de quatorze années », Hitler accède au Reichstag, quinzième et dernier chef du gouvernement. Ce coup de grâce donné à la république agonisante marque le début des premières interdictions et des premières sanctions contre les opposants au nouveau régime.

Étouffant dans son collège de Jésuites, Erbo s’engouffre avec enthousiasme dans la Hitlerjugend, ce qui lui évite d’avoir à "faire le mur" pour rejoindre ses conquêtes féminines. Excédés par son indiscipline, et après un ultime avertissement, les pères décident d’exclure le fils du comte von Kageneck, lui-même ulcéré par les frasques d’un rejeton qui donne « tant de fil à retordre » et si peu conforme à ses convictions.

Depuis 1936, Hitler a rétabli la conscription. Dès son dix-huitième anniversaire, Erbo est expédié dans un camp à Morbach plus apte à satisfaire sa soif d’aventures. Il rêve d’intégrer la nouvelle Luftwaffe, encore balbutiante mais promise à un bel avenir. Dans cette "école de la virilité" , Erbo travaille, s’endurcit et s’assagit. À l’été 1938, il réalise enfin son premier vol sur un Arado 25. Le 1er septembre 1939, le lieutenant von Kageneck de la Jagdgeschwader 27 est expédié sur la frontière polonaise et participe à la Blitzkrieg. Dans une lettre adressée à ses parents le 8 du mois, il exprime sa frustration de chasseur bredouille. « Je n’ai pas eu un seul oiseau devant mon fusil. C’était à désespérer du sens de notre combat. Rien que des attaques au sol ou des missions d’escorte des Stukas. » Par la suite, ses missions jalonnées de victoires le porteront en France, en Angleterre, en Yougoslavie, en Grèce, en Russie et enfin en Libye. Dix-huit mois de guerre, dix-huit mois de gloire avant de tomber pour le Reich.

Écrit à partir de souvenirs personnels et de correspondances familiales, l’ouvrage d’August von Kageneck est intéressant à double titre : la vie d’un as de l’aviation allemande et une vision exempte de passion nationaliste ou politique sur les années qui ont vu la poussée irrésistible du national-socialisme puis sa toute puissance au sein du Reichstag.

Corinne Micelli

http://www.aerostories.org/~aerobiblio/article2180.html

Commentaires ?
« 1 2 (3) 4 5 6 ... 10 »

 

 
 
 Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

connexion automatique

Perdu le mot de passe ?

Inscrivez-vous maintenant !
 Photo aléatoire
LA
 Campagne NN
Campagne NN
 Agenda SV
Mois précédent2017 NovMois suivant
LuMaMeJeVeSaDi
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
Vols programmés Vols programmés